Articles avec #liens - infos tag

Publié le 17 Septembre 2013

Jean-Jacques Enjalbert  présente son livre dont la couverture est immaculée, pas de titre, pas de nom, la modestie totale.

Jean-Jacques Enjalbert présente son livre dont la couverture est immaculée, pas de titre, pas de nom, la modestie totale.

En montant la Grand'Rue de Cordes-sur-Ciel, les gens s'arrêtent devant la maison de Jean-Jacques. Ils regardent les pièces de cèdre sculpté, en forme de porte, d'œuf où l'on peut se lover dans une position fœtale, de fauteuil pour méditer, et même… de cercueil. Un parcours initiatique si l'on veut. Jean-Jacques explique à ses visiteurs les travaux qu'il mène à la découverte de pièces souterraines, voûtées ou qui passent sous la rue et de conduits ignorés.

Il y a quelques années Jean-Jacques Enjalbert était coureur automobile, il a été co-pilote du journaliste Pierre Gonzalez. Un jour à Paris, il a une révélation à travers un livre découvert sur les rayons d'une librairie, il a alors acheté un billet d'avion et s'est rendu en Inde.

Depuis, il est habité par une forme de cercle ouvert, qu'on retrouve partout chez, aperçue sur un galet en Inde. Il a de nombreux copains Cordais, il avait acheté une 1re maison rue Saint-Michel, puis un moulin aux Cabannes, ensuite la Barbacane et enfin ici à l'angle de la Halle. Il achète des maisons presque en ruines, les «retape» et les revend pour se lancer dans un nouveau chantier. Jean-Jacques vient d'accueillir un stage avec une conférence de Jacques Vigne (médecin qui a tout quitté en France et trouvé en Inde un maître spirituel en Ma Ananda Moyi) et un film Vijayananda Un Chemin de Sagesse avec Arnaud Desjardin, Jacques Vigne et Shri Mahesh

Les stagiaires ont appris à se relaxer, par la sophrologie, l'hypnose douce, la méditation.

Jean-Jacques vient de rentrer de la fête des couleurs en Inde, il a commis un recueil nommé Le Grand Vide composé d'écrits dont ceux signés Mâ Ananda Moyi,

MA ANANDAMOYI à CORDE SUR CIEL
MA ANANDAMOYI à CORDE SUR CIEL
MA ANANDAMOYI à CORDE SUR CIEL
MA ANANDAMOYI à CORDE SUR CIEL
MA ANANDAMOYI à CORDE SUR CIEL
MA ANANDAMOYI à CORDE SUR CIEL
MA ANANDAMOYI à CORDE SUR CIEL
MA ANANDAMOYI à CORDE SUR CIEL
MA ANANDAMOYI à CORDE SUR CIEL
MA ANANDAMOYI à CORDE SUR CIEL
MA ANANDAMOYI à CORDE SUR CIEL
MA ANANDAMOYI à CORDE SUR CIEL
MA ANANDAMOYI à CORDE SUR CIEL
MA ANANDAMOYI à CORDE SUR CIEL
MA ANANDAMOYI à CORDE SUR CIEL

Voir les commentaires

Rédigé par SEVABHAJAN

Publié dans #LIENS - INFOS

Repost 0

Publié le 18 Mai 2013

Les symboles hindous

Le Rangoli

rangoli

Le Rangoli, appelé Kolam dans le Sud (Tamil Nadu) est un dessin floral.

(ces modèles sont réalisés dans de nombreuses villes espagnoles du Corpus). En Inde il est très présent au cours de certaines fêtes, et surtout dans les villages, à l'entrée des habitations. C’est un symbole de chance, de protection, d’accueil et de croyance (en Inde l’art est souvent religieux). Les plus beaux sont peut-être ceux issus du Rajasthan.

Ils sont généralement de formes géométriques variées. Certains sont très simples, et représentent un motif simple, avec par exemple quelques grains de riz, céréale très précieuse pour les habitants des villages modestes. D'autres sont très complexes, utilisent des poudres de couleur, des feuilles, des pétales de fleurs, et autres éléments décoratifs. Le grain de riz, ou le riz en poudre est pourtant le plus apprécié, car il représente la fertilité.  La couleur blanche est aussi symbole de prospérité pour les Indiens.

Cette coutume vient des temps anciens. Déjà dans les textes sacrés comme les Puranas, les rangolis sont cités comme l'un des 64 arts. Une légende raconte qu’un jour, un royaume était très attristé par la mort du fils d'un prêtre. Tout le monde pria le Dieu Brahma d'intervenir. Emu par une telle ferveur, il demanda au roi de dessiner le portrait de l'enfant sur le sol. Une fois celui-ci terminé, le Brahma émit son souffle de vie sur le dessin et rendit ainsi la vie à l’enfant. Avec ce miracle, commença la tradition de la peinture rangoli sur le sol.

OM

om


Ce symbole Hindou est la syllabe répétée à l'infini dans tout l'Orient, et son mantra principal. C'est le son primordial de l'univers, l'essence de tous les sons, qui mêle tous les états de conscience et de profond sommeil.
Il se compose en réalité de trois lettres ("AUM") que certains attribuent aux trois grands dieux de la trinité hindoue (Brahma, Shiva, Vishnu). Il est l '«amen» au début et à la fin des prières et des rituels des hindous et des bouddhistes. Il est la force invisible qui circule dans tout le corps et dont les vibrations harmonisent et vivifient l'esprit et la concentration.

Swastika


Le nom de ce symbole hindou et bouddhiste est dérivé du sanskrit "Svasti." Il représente le soleil et son énergie rayonnante. Ce symbole se trouve souvent à l'entrée et sur les murs des temples, et est associé à la fortune et à la chance. Les bras sont aux quatre points cardinaux, comme dans beaucoup d'anciens rituels celtiques, dans lesquels ont allumait des flambeaux orientés vers les quatre directions.
Il semble pivoter vers la droite, ce qui symbolise l'énergie créative du soleil.
Ce symbole hindou sacré a été, comme on le sait, totalement vidé de son sens originel lorsqu’il est devenu le symbole du régime nazi.

swatiska

L’étoile à 6 branches


Ces triangles appelés « l'étoile de David» représentent l'esprit et la matière dans leur équilibre harmonieux. Le point central peut représenter la divinité. Cette étoile est aussi un symbole du judaïsme, et est visible dans certaines mosquées.

étoile de david

La fleur de Lotus (Padma)

fleur de lotus


La fleur de lotus ou « Padma», » avec ses nombreux pétales, figure non seulement dans l'art et l'architecture, mais est aussi un élément associé à des divinités, qui tiennent parfois cette fleur dans leur main. Dans le cas de Vishnu, on peut voir la fleur de lotus sur son ventre.
Elle représente la pureté, la paix et la beauté. C'est aussi un symbole largement utilisé par les bouddhistes et par l’architecture orientale en général.

Le Tika ou Tilak et le Bindi

bindi


C’est la marque de couleur sur le front des Hindous.

Son objectif peut-être d’attirer une bénédiction, ou la chance. Le point d'application, entre les sourcils, est considéré comme le siège de la sagesse latente et la concentration mentale, le troisième œil de la connaissance spirituelle. Le sens symbolique serait donc de faciliter l'ouverture. Pour les adeptes de Shiva, ce sont trois barres horizontales. Les adeptes de Vishnu ont, eux, trois bandes verticales.
Le centre rouge représente normalement la radieuse Lakshmi, épouse de Vishnu Narayan.

Le Bindi (du sanskrit «bindu point») est un cercle de couleur qui se dessine également sur le front. Considéré comme un symbole de la déesse Parvati, il représente l'énergie féminine, la protection de la femme et de son mari. C’est également le signe que la femme qui le porte est mariée. La couleur peut changer d’un jour à l’autre, et les femmes Hindoues peuvent la faire varier pour l’accorder à la couleur de leur robe !

Le henné

henné


« Henné » est un mot ourdou qui vient de l'arabe, mais la teinture brune obtenue à partir des feuilles d'une plante, le henné (Lawsonia inermis), étaient déjà connue dans la vallée du Nil par les Egyptiensk, qui l’utilisait notamment pour embaumer les momies.  Le Henné est très commun dans le Rajasthan. Les hindous l’appellent Mehndi, comme la cérémonie pendant laquelle on peint les pieds et les mains des futures mariées.

Le rituel du Feu Sacré

feu sacré


Comme dans la plupart des religions, le feu est pour l'hindouisme un élément rituel, qui véhicule les offrandes et sacrifices, et purifie. Le feu est presque toujours présent dans les temples. Il y a souvent des charbons ardents,  que l’on maintient sous des cendres. L'encens est aussi toujours présent dans les temples, avec des parfums et des présentations diverses (bâtonnets, cubes, etc.) Dans beaucoup de maisons hindous, on trouve aussi l’encens nécessaire pour le culte.

Les Lampes (Deepam ou Jyoti)

lampes


Elles favorisent la pureté de l’air en détruisant les impuretés. On utilise généralement comme « carburant » du beurre ou du saindoux, dans lequel on fait tremper un fil de coton torsadé.


Leur flamme fournit de l'énergie et contribue à créer des courants positifs. Leur nombre est toujours impair, car les hindous considèrent que les pairs de bougies s’ « annulent » entre-elles.  . Si vous regardez, ils sont alignés dans un temple, leur nombre est toujours impair.
Dans un puja, ou cérémonie hindoue, le fidèle, une lampe entre les mains, tourne autour de la représentation de la divinité, pour attirer son énergie divine.

L'Arati

arati


C’est un rituel de vénération, ou qui sert à attirer sur soi ou autrui la bénédiction des dieux et la chance.
L’Arati est un plateau en métal avec cinq (le nombre doit toujours être impair) petites lampes qui sont remplis avec du beurre ou de l’huile, et dans lesquelles trempe une mèche en coton.
On tourne autour de la divinité ou de la personne à bénir avec ce petit plateau, sur lequel on ajoute des fleurs et de l’encens.

La noix de Coco, ou Nariyel

noix de coco


Elle est utilisée dans des rituels, ou pujas, comme une offrande, pour attirer l'attention d’un dieu, mais aussi, comme symbole de prospérité. Elle accompagne les représentations de Ganesha, dieu

qui favorise la réussite de toute activité.
Dans l’antiquité on l’utilisait pour préparer des onguents pour les crémations, des poudres de beauté, et même comme pâte dentifrice !

 

Le bétel (Paan)

bétel


Au cours des fêtes religieuses, les feuilles de bétel ont une place privilégiée. Lors des mariages elles sont placées sur les têtes du couple, car elle représente la chance et la prospérité.
On attribue des propriétés médicinales, et vivifiantes, énergisantes au Bétel. Les feuilles sont enroulées, puis blanchies avec un peu de chaux.

Les Guirlandes

guirlandes hindoues


Elles sont généralement offertes en signe de respect,  pour faire honneur aux visiteurs, ou en hommage à une divinité. Elles sont habituellement fabriquées avec des feuilles de fleurs de jasmin et de souci, qui sont insérées sur une corde avec un noeud à l'extrémité.

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par SEVABHAJAN

Publié dans #LIENS - INFOS

Repost 0

Publié le 21 Avril 2013

 

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

 

Mikhael aivanhov par en inde Inde. Le 11 février 1959, il part pour l'Himalaya, le Cachemire, Gulmarg, Calcutta, Tiruvannamalaï, Ganeshpuri. Selon son témoignage, il rencontre en Inde différents maîtres spirituels, dont Mâ Ânanda Moyî (1896-1982), swâmi Nityananda (1896-1961), Anâgârika Govinda (1898-1985), swâmi Shivananda (1887-1963), et surtout, le 17 juin 1959, Neem Karoli Baba (en) (?-1973)8, qu'il assimile plus ou moins au fabuleux Mahavatar Babaji, croisé par des yogins dès 1861 9! Neem Karoli Baba appelle Michaël the French Sadhu (le sage français)1

Description de cette image, également commentée ci-après

MA ananda moyi                                            Lama Anagarika Govinda

 

 

 

 

 

Krishnananda et Sivananda (à droite), 1945
Neem Karoli Baba

Nityananda
Nityananda

Voir les commentaires

Rédigé par SEVABHAJAN

Publié dans #LIENS - INFOS

Repost 0

Publié le 29 Avril 2012

saisohambhajans.blogspot.com/

 

02fr.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par SEVA BABA

Publié dans #LIENS - INFOS

Repost 0

Publié le 7 Mai 2011

Voici le lien du site de thierry sur sathya sai baba,une montagne d'information pour ceux et celles qui souhaitent en savoir plus.

link 

Voir les commentaires

Rédigé par SEVA BABA

Publié dans #LIENS - INFOS

Repost 0