Extrait du Voyage Sacré de Swamini Krishnamrita L’exemple d’Amma….

Publié le 8 Mai 2013

https://encrypted-tbn1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQfDof4pkjt8OhSmDeyahOjU-pWZd46L9t7dV8JJ9xNoNh9VUESIg

 

Extrait du Voyage Sacré de Swamini Krishnamrita
L’exemple d’Amma….
Amma ne prenait même pas une respiration sans penser à Dieu. Jour et nuit, elle s’efforçait
garder le souvenir de Dieu en répétant Son nom et en visualisant dans son coeur Sa forme si
précieuse.
Elle ne faisait pas un pas sans répéter le nom du Seigneur. Si elle oubliait, elle faisait un pas
en arrière et avançait de nouveau en répétant le mantra.
Quand elle s’amusait à plonger, elle faisait le voeu de répéter un certain nombre de fois le
nom du Seigneur avant de remonter à la surface pour respirer.
Amma se consacrait entièrement à son but : garder le souvenir constant du Seigneur.
A l’âge de six ou sept ans, Amma s’interrogeait déjà sur le sens de la vie. Certains ne se
posent la question qu’à la fin de leur vie, après avoir passé toute leur existence à chercher le
bonheur dans le monde.
Tandis que les autres enfants jouaient, la petite Soudhamani se demandait pourquoi il y avait
tant de souffrance dans le monde.
Soudhamani faisait le tour des maisons du village et récoltait des épluchures de légumes et
des restes de gruau de riz pour nourrir les vaches appartenant à sa famille. Au cours de ces tournées, elle voyait les malades et les vieillards qui vivaient dans certaines de ces maisons et elle se rendait compte que leurs enfants ne s’occupaient pas bien d’eux. Ils lui racontaient que leurs enfants les vénéraient autrefois et priaient pour qu’ils vivent longtemps et en bonne santé, promettant de s’occuper d’eux quand ils seraient vieux. Mais ensuite, occupés à mener leur propre vie, ils avaient oublié leur promesse et laissaient leurs parents se débrouiller seuls ou même souvent les maltraitaient. Amma, qui n’était alors qu’une petite fille, conduisait ces vieillards chez elle, leur donnait un bain chaud, lavait leurs vêtements dans l’étang de la famille et les nourrissait. Elle les ramenait ensuite chez eux. Si ses parents la voyaient, elle était sévèrement réprimandée ou même battue. Mais aucune parole, aucune punition ne l’arrêta jamais, tant son coeur compatissant était touché par la souffrance d’autrui.
Le village était pauvre et beaucoup de villageois étaient malades ou indigents. En voyant
leurs problèmes et leurs difficultés, Amma réfléchissait et se demandait quel était le sens de la vie.
Amma dit qu’elle voulait même sauter dans le feu pour mettre fin à ses jours, tant la souffrance
qu’elle voyait partout lui était intolérable.
Comme elle en appelait sans cesse à Dieu, en demandant pourquoi toute cette souffrance
existait, une voix intérieure finit par lui révéler que les gens souffraient à cause de leur karma, c’està-dire des actions injustes qu’ils avaient accomplies dans cette vie ou dans des vies antérieures. Le résultat de ces actions leur revenait sous la forme de souffrance. Mais si leur destinée (karma) était de souffrir, Amma avait le sentiment que son devoir était d’essayer de soulager leurs souffrances. Si en marchant nous découvrons quelqu’un qui est tombé dans un fossé, nous ne pouvons pas passer notre chemin en disant qu’après tout, c’est son karma. Nous devons lui tendre une main secourable et l’aider à en sortir, tel est notre devoir. Après cette révélation, Amma s’est toujours efforcée de soulager la souffrance des êtres humains et de les réconforter.

                                                                              https://encrypted-tbn3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSDEGVl84-sZy4Xm4wILvbaGAQ0bw41N0hPjxOiJ0KE8l1qP5bs

Rédigé par SEVABHAJAN

Publié dans #MESSAGES

Repost 0
Commenter cet article